Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 00:00


heu... là c'est une erreur, je crois qu'on s'est trompés
ouvrez ici 
l'article, que l'on doit commenter
traversez toute la page, en bas est la question...

 

 



 

tenez j'ai retrouvé, la bonne direction.

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 09:00




C'est dans un commentaire, dans une petite fenêtre
Que j'ai trouvé ce lien, qui mène chez Odette.
F je l'ai oublié, à la fin de son nom
Dans son blog vous verrez, une belle citation


J'ai reçu une plume, pas une plume de chouette
Elle qui forme une chaîne, la plume de poète.

Fallait-il s'y attendre, juste pour quelques mots
Acrostichés parfois, c'est peut-être un peu trop.
Il va bien sûr sans dire, que ça me fait plaisir
Sans faire comme une amie, qui va bientôt rougir.

Seulement maintenant,  je me dois de choisir
Une liste de noms, pour continuer cette chaîne
Il paraît évident, que certains blogs que j'aime
Vont se voir décerner, ce titre pour leurs poèmes
Rien ne m'empêche non plus, d'en garder deux ou trois
Et que j'attribuerai, plus tard au fil des mois.



Voici donc les sites, de tous mes lauréats
Ne soyez pas jaloux, si vous n'y êtes pas
Je l'ai dit au dessus, j'en ai conservé trois
Je vous laisse découvrir, qui sont ces quatre là


Naturellement je pense, à ma muse en vacances


Ensuite vient un blog, de première importance


Elle voit la poésie, au cours de ses errances


Et cette petite nouvelle, juste sortie de l'enfance



J'ai pensé à Kinou, mais c'était hors-sujet
Je lui décerne donc, le prix de l'amitié

Aujourd'hui j'ai puisé, dans mon stock de trophées
Pour ici honorer, les poèmes des clichés
 



Pensez aussi à voir, mon "arrêt sur image"
Vous trouverez
ici, le lien pour cette page


Article précédent


 

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 21:01


 

Mes pages ont bien changé, j'ai une superbe bannière
Et maintenant il est simple, de lire les commentaires
Réponses et messages, de couleurs différentes
C'est beaucoup plus lisible, lorsque ici tu entres
Immédiatement tu sais, si je t'ai répondu.

 

Comment te remercier, pour ce très bon travail
Harassant pour les yeux, entrant dans le détail
Retrouver les bons codes, parmi le CSS
Installer cette bannière, changer les modules textes
Sans même signer ton oeuvre, humble jusqu'au bout des doigts
Tu dis que la photo, elle ne t'appartient pas
Il te revient quand même, toute la création
N'as-tu tout mis en scène, fait l'harmonisation
Et je n'ai à t'offrir, que cette animation.




A la fin de ce diaporama, la révérence du photographe (5 ans) qui a fait l'inventaire du jardin de son Papy.


Suite


Article précédent


Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 00:07



C ’est en prenant le train, que vient à ma mémoire

E nfouie depuis longtemps, cette petite histoire

S uperbe leçon d’humour, où tout le monde a ri

T ant son auteur avait, une sacrée répartie.

P lantons donc le décor, et tous les personnages

A droite dans ce train, une dame d’un certain age

S ur la banquette en face, il y a un soldat

P ermissionnaire qui rentre, chez lui au Grau du Roi.

A l’époque dans les trains, certains compartiments

R éservés non-fumeur, avaient des sièges vacants

C ’était le cas ici, le train était bondé 

E t notre jeune soldat, vint donc s’y installer.

Q uand il passa la porte, la dame le toisa

U n rictus à la bouche, genre que faites-vous là

E t quand il s’est assis, ayant trouvé cette place

J ’ai bien vu m’a t’il dit, cette vilaine grimace.

E n fouillant dans ses poches, notre soldat en sort

B lague et papier gommé, pour elle là c’est trop fort.

A vez-vous vu jeune homme, le panneau juste ici

N e savez-vous point lire, fumer est interdit.

D evant cette invective, le jeune homme ne bronche pas

E t prépare tranquillement, la feuille et le tabac.

Q ue vous ne sachiez lire, cela peut se comprendre

U n dessin vous explique, me suis-je bien fait entendre ? !!!

E t lui de continuer, imperturbablement

J etant un oeil complice, à tous les autres gens

E tonnés par cette scène, mais surtout par le ton

B iens surpris que cette vieille, s’en prenne au jeune troufion.

A pprochant de ses lèvres, la cigarette roulée

I l humecte la gomme, pour coller le papier

S ortez d’ici jeune homme, fumer est interdit !!!
E ructe encore la vieille, mais lui lui répondit:


  (pour ceux qui auraient oublié qu'ils sont sur un blog dédié aux acrostiches
et qui attendent la réponse)

                    

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 10:01

 

Vive les trente glorieuses et les vingt ans d’après,

Mais cette croissance a eu, ma foi d’autres effets,

Et l’on n’est qu’au début, de tous ces changements,

Car rien ne sera plus, plus jamais comme avant.

On ne peut toutefois, renier ces avancées,

Mais parfois on eût pu, comme certains le disaient,

Ne pas dilapider, le capital qu’une terre,

A mis autant d’années, si lentement à faire.

 

Il faudra bien sortir, de cette société,

Où l’unique credo, c’est de sur-consommer.

Vision à très court terme, du profit immédiat,

Désastreuse à long terme, faisant trop de dégâts.

A peine acheté on jette, ça ne coûte pas cher,

Même les choses qui durent, on ne sait (veut) plus les faire,

Le temps c’est de l’argent, vite il faut faire du blé,

En mois en moins de temps, au diable la qualité.

 

 

Lorsque cette doctrine, s’applique à l’être humain,

Il y a ceux qui triment, pour ceux qui en veulent plein,

On a même inventé, ce genre de nouveau terme,

« variable d’ajustement » , viré, ton poste je ferme.

Mais à ce petit jeu, tout le monde va perdre,

Je n’ai plus de boulot, mais toi t’es dans la merde.

L’entretien coûte cher ? c’est vrai mais tout fonctionne,

Mais lorsqu’il faut changer, ce n’est plus la même somme.

 

 

Désormais quand on jette, certaines choses l’on recycle,

Il y a tant de matières, qui peuvent refaire un cycle.

Ce n’est pas une mode, le temps nous est compté,

Cessons de gaspiller, pensons à recycler.

 

Donc en partant de là, je ne jette plus rien,

Moi qui je vous l’avoue, semais dans tous les coins.

Je vais donc faire ici, un peu de recyclage,

Car avec des amies, on en fit une pleine page.

 

 

 

Je dois vous dire une chose, je me suis amusé,

En écrivant un texte, un peu alambiqué,

Un message à énigme, d’un genre particulier.

X c’est pour le pluriel, car j’ai recommencé.

 

Dans les longs commentaires, je donnais les indices,

En tentant de guider, mes deux fidèles lectrices .

 

Le dialogue sur cette, page vaut le coup d’être lu,

 

Éditant cet article, cet échange sera vu.

Tous les jours un message, les aide à découvrir, l’

Énigme mise en page, des fois ça m’a fait rire.

 



Le jeu commence en fait, au commentaire dix-neuf

Je vais tout rassembler, sur un article tout neuf.

Vous trouverez là-bas, seulement les acrostiches

Et puis naturellement, mon « éclaté » d’Alice.

Mais pour tout bien comprendre, allez donc voir ce jeu,

La musique est si belle, sur ce grand slide bleu.
Ici je n'en ai mis, ne voulant pas créer,
Une cacophonie, sur l'écran partagé.

Je vous laisse découvrir, cette fameuse partie,

  Et pour vos commentaires, c’est là-bas ET ici.

Pour tous les autres mots, les bisous les coucous,
Ou même vos états d'âme, c'est ici là
dessous .

Suite

Article précédent


Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 08:08



Certains lecteurs (ices) trouvent que j’ai du talent
  

Flatté j’avoue par tous ces compliments

Je vais ici leur livrer mon secret

Afin qu’ils puissent eux aussi composer.

 

 


 

 

Avec un mot n’importe lequel

Choisissez-en un familier

Repérez bien consonnes / voyelles

Observez chaque difficulté.

Si l’une d’entre elles est compliquée

Trouvez un mot pour cette rebelle

Il y en a plein il faut chercher

C’est quand même simple même sans  Bescherelle

Hormis pour ceux qui veulent tricher

En usant d’une machine virtuelle

Sachant qu’elle ne traite qu’un sujet.

 

 







Fidèles lectrices et lecteurs, pensez à vous inscrire,

Car contrairement au dicton

Ici,

 Pas de nouvelles

C'est
Mauvaises nouvelles.
 
Et si vous avez laissé un commentaire, ou même plusieurs, je vous suggère d'aller voir les réponses, sinon, travaillant au pays de Ducros* à quoi cela servirait-il que je me décarcasse.

*La Sté Ducros est à Monteux (84) si, si, regardez dans vos placards tout comme ... clic ici

 Le journal de l'été c'est ici

  Pour la suite c'est là

Article précédent

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 00:00


C'est avec grand plaisir que je passe chaque jour
Hésitant à laisser un nouveau commentaire
Revenant juste pour ouïr cette voix de velours

Instrument sans défaut qui ne cesse de me plaire

Si tu pouvais me dire qui est cette interprète

Tu l’as peut-être écrit alors je ne l’ai vu…

Il me faut revenir tant cette voix m’entête

Ne faisant pas de bruit comme l’ombre des nues.

Et puisque tu aimes rire passe chez moi faire un tour.

Si vous prenez le premier et le dernier alexandrin, vous trouverez le message de cet acrostiche.


 

C’est avec grand plaisir lisant vos commentaire

Que je reviens vous dire à quel point ils me touchent

Humblement j’ai écrit ces quelques phrases en vers

Utilisant un style qui ici a fait mouche

Rimbaud comme Baudelaire usaient d’alexandrins

Ils peuvent être tranquilles je n’ai pas d ‘ambition
Initialement mon père agent électricien

Crût que j’aurais pu faire le tour des compagnons

Sans doute l’ais-je déçu en quittant le métier

Hostile et réfractaire à cette hiérarchie

Trouvant ma voie j’ai lu des livres par milliers*

Ouvert un dictionnaire comme encore aujourd’hui

Il faut vous l’avouer je ne suis littéraire

Tout ce que j’ai écrit n’apporte rien de nouveau

N’étant point érudit n’ayant pas lu Voltaire

Tout ce que je sais faire c’est agencer les mots
Encore un fois ici c'est juste une gymnastique

Il faut seulement compter pour avoir tous les pieds

Notez c’est plus joli quand la petite musique

Egrène son chapelet de syllabes accordées

 * dixaines serait plus juste mais la rime tombe à plat


 

Ah je voulais te dire, je me suis régalé

Avec cet acrostiche tout en alexandrins

Aux césures d’hémistiches presque toutes accordées
Aussi je continue écrivant ce quatrain.


Le métier que j’exerce est très polyvalent

Lassé par le commerce me voici intendant

Le matin jardinier j’enlace les branches sauvages

Le long d’un grand piquet comme les lettres sur cette page.

Intendant donc je suis on dit homme à tout faire
Insinuant ici que rien ne me résiste
Il y a une partie de moi qui par mystère
Installe dans ces récits des petits jeux de piste.

Cette partie cachée au travail ne me sert

C’est pourquoi j’ai ouvert un blog pour y placer

Ces poèmes et ces vers parfois même enlacés

Comme lorsque Quichottine dépasse un peu au pied.


Entre nous c’est facile prenez une lettre sur deux

Et vous verrez les filles où  j’ai caché mon jeu

En vous donnant cette piste vous allez bien trouver

Et c’est comme pour Alice ces E  l’ont achevée.


 

Cest avec grand plaisir lisant vos commentaires

Que je reviens vous dire à quel point ils me touchent

Humblement j’ai écrit ces quelques phrases en vers

Utilisant un style qui ici a fait mouche

 

Rimbaud comme Baudelaire usaient d’alexandrins

Ils peuvent être tranquilles je n’ai pas d ‘ambition

Initialement mon père agent électricien

Crût que j’aurais pu faire le tour des compagnons

 

Sans doute l’ais-je déçu en quittant le métier

Hostile et réfractaire à cette hiérarchie

Trouvant ma voie j’ai lu des livres par milliers*

Ouvert un dictionnaire comme encore aujourd’hui

 

Il faut vous l’avouer je ne suis littéraire

Tout ce que j’ai écrit n’apporte rien de nouveau

Nétant point érudit n’ayant pas lu Voltaire

Tout ce que je sais faire c’est agencer les mots

 

Encore une fois ici c’est juste une gymnastique

Il faut seulement compter pour avoir tous les pieds

Notez c’est plus joli quand la petite musique

Egrène son chapelet de syllabes accordées


  Retour sur le fond et la forme

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 08:00


   

Avez-vous connu la B.D

  Les aventures de Martine  (ou là)

Ici vous l’avez remarqué

C’est Alice mon héroïne

Et là je la fais cuisiner

 



A l’improviste vient une copine

 

L’amie que tu gardes à dîner

Installez vous dans la cuisine

C’est plus sympa pour discuter

En savourant un verre de gin

 

Ayant le frigo presque vide

La question est : « que vais-je faire ?»

Il y a les œufs la crème liquide

Ciboulette fraîche d’un joli vert

Et bien là rien de plus facile

 

Avec cette bonne vieille recette

L’omelette tu ne peux rater

Il te faut les œufs de poulettes

Cul-de-poule ou grand saladier

Et de la crème et une fourchette

 

Avec les œufs la crème tu fouettes

Le temps qu’il faut pour faire mousser

Incorpore sel poivre ciboulette

Coupé très fin mais pas haché

Ensuite tu peux te reposer

 

A feu vif tu chauffes la poêle

L’huile d’olive doit crépiter

Il faut que ça  forme comme un voile

Car l’omelette peut attacher

Et cette erreur serait fatale

 

Aussi maintenant tu peux verser

L’appareil en une seule fois

Il ne faut pas trop remuer

Crève juste les bulles s’il y en a

Et baisse le feu de moitié

 

Avec la grande spatule en bois

Lève le bord sur la moitié

Incline la poêle encore une fois

C’est plus facile pour la plier

En deux pour la mettre sur un plat

 

Alors maintenant sors les assiettes

La cuisson bientôt se termine

Installe la table couteaux fourchettes

Choisis la place pour ta copine

Et maintenant sers cette omelette

 

Accompagne la d’un rosé

Le vin à la robe légère

Il faut bien sûr qu’il soit très frais

Celui qui est au frigidaire

Est donc parfait pour ce dîner

 

Autre chose qu'il faut rajouter

La petite touche de vinaigre

Il ne faut pas trop en verser 

Car sinon ce serait trop aigre

Et donc impossible à manger

 

Avec tout ça moi j’ai faim

L’estomac qui crie famine

Invite moi donc demain

Ce soir c’est moi qui cuisine

En faisant un plat malin


A l’improviste vient une copine...



Suite


Article précédent

 

Repost 0
Published by Le Chorégraphe d'Alice - dans Acrostiches
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 21:00



Je retrouve par hasard

Dans mon ordinateur

Un texte qui rend hilare

A tel point qu’on en pleure

 

Je vous livre donc ici

Une recette éprouvée

Facile à préparer

C’est la dinde au whisky

 

Pour bien la déguster

Comme la poésie

Il faut la déclamer

C’est bien meilleur ainsi

 

Si vous avez aussi

Failli tomber par terre

Dites le à vos amis

Et laissez vos commentaires

Maintenant je vais me taire

A vous et bon appétit

Mais avant voici le nécessaire:

 

 

Achetez une dinde d'environ 5 kg

Voyons, en été il n’y a pas de grosses dindes  (quoi que...)

Optez alors pour un gros poulet (ça il y en a partout)

Trouvez chez le caviste un bon pur malt

Rien qu’un, mais de la meilleure qualité (un carton naturellement)

En rentrant n’oubliez pas les bardes de lard (ne lardez pas le barde il n'y est pour rien)

Sel, poivre, huile d’olive et ficelle à gigot  (pas à yo-yo elle s'entortille)

Aussi pensez à vérifier vos placards avant de faire votre marché

Ne changez rien la première fois, suivez ces consignes à la lettre (ensuite ...)

Tout est prêt ? Alors on peut y aller

En avant pour la fameuse dinde au whisky

 



La recette de la dinde au whisky

 

Barder la dinde de lard, la saler, poivrer et ajouter un filet d'huile d'olive.

préchauffer le four thermostat 7 pendant 10 minutes.

 

§         Se verser un verre de whisky….Le boire !

 

§         10 minutes c’est long vous pouvez en boire un second

 

§         Mettre la dinde au four dans un plat à cuisson.

 

§         Se verser 2 verres de whisky et les boire !

 

§         Après une debi-beurre, fourrer l'ouvrir et surbeiller le buisson de la pinde.

 

§         Brendre la vouteille de biscuit et s'enfiler une bonne rasade !

 

§        Après une demi-heure, dituber jusqu'au bour. Oubrir la borte, reburner, revourner, enfin bref, mettre la guinde dans l'autre sens.

 

§         S'asseoir sur une butain de chaise et se reverdir 5 ou 6 verres de vizki !

 

§         Buire, non luire, non cuire la bringue bandant 4 heures.

 

§         Et hop, 5 berres de plus !

 

§         R'tirer le four de la dinde.

 

§         Se rebercer une bonne goulée de ouiiski !

 

§         Rabasser la dinde ( l'est tombée par terre ! ). L'ettuyer et la voutre dans un blat… sur un clat… bref, sur une assiette.

 

§         Se béter la figure à cause du gras sur le barrelage de la buisine.

  
                 Ne pas essayer de se relever !!!


 

§         Déciver qu'on est bien par derre et binir la vouteille de rhisky !

 

§         Plus tard, ramber jusqu'au lit et dorbir zé gui reste de la nuit.

 

§         Le lendemain matin, prendre deux Alka Seltzer dans un verre d'Hépatoum, manger la dinde froide avec de la mayonnaise, et nettoyer le bordel que vous avez mis dans la cuisine !!!

 

Durée : une bonne journée.


Suite

Article précédent 

 

Repost 0
Published by Le Chorégraphe des mots - dans Acrostiches
commenter cet article
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 18:15

Je voulais illustrer ce texte par une chanson de Serge Lama "Une île",
mais elle n'est pas disponible sur Deezer,
peut-être est-elle sur vos vin-yles préférés.
Voici donc la version en images


 

Sur CD, je vous suggère l'album "Pluri Elle" il chante en duo avec Angunn

Je vous ai aussi trouvé ceci:


 



Avec ce style
Le il et elle
Ivres tournillent
Comme ritournelle
Et chantent ce trille, mais...
Ce elle et il 
Sont des mots d'elle*


 

Elle veut son il
Son il à elle

Il cherche son elle

Se trouveront-ils ?

 

Elle qu’un autre il

Il infidèle…

Elle est son île

Il court la belle

Elle voit bien qu’il

Il est cruel

Elle qui se bile…

 

Il cherche son elle

Lui puéril

Fabrique pour elle

Arceaux et fils

Un toit ombrelle

Tonnelle jonquille.

 

Elle si fragile

Il ouvre son aile

Elle s’y faufile

Il prend soin d’elle

Elle la gracile

Il rêve d’elle

Elle ses longs cils

Il ne voit qu’elle.

 

Lui cherche son elle

Elle veut son il

Son il à elle

Pour que cette île

Oasis  miel

Ilot fébrile

Revoie le ciel

 

Grand difficile

Avec toutes celles

Rimmel aux cils

Dianes en dentelle

Elles qui futiles

Rarement sont belles

 

Il est une île

Qui seule recèle

Les liens subtils

Fragile dentelle

Entre elle et il

L'accostera t’elle ?

 

Elle veut son il

Son il à elle

Il cherche son elle

Elle son île

Mais où est-elle

Se trouveront-ils ?

 
* Elle vous l'avez compris c'est Alice



Suite

Article précédent

Repost 0
Published by Alice et Le Chorégraphe des mots d'Alice - dans Acrostiches
commenter cet article

A savoir


Quand vous entrez chez moi, arrivez par l'accueil
Car  en fait c'est là bas,  que j'écris sur la feuille
Du bandeau déroulant, tout un tas de messages
Qui pourront informer, tous les gens de passage.
 

Laissez vos commentaires en bas, mais pour le hors-sujet c'est là

Deux astuces pour vous faciliter la lecture:
CTRL et + pour agrandir le texte ou CTRL et - pour le diminuer
Pour certains commentaires pas faciles à lire, surlignez-les à l'aide du curseur,
Essayez ici et vous verrez.

Avis de non-réponse


Je manque de temps en ce moment, aussi ne m'en veuillez pas si je ne réponds, j'ai bien lu tous vos commentaires, merci à vous ils sont super....
<...>

Archives

Le Chorégraphe des mots

 
                   la-danse-des-mots

 

 

Toute la musique que j'aime...

Si vous voulez savoir, c'est là qu'il faut aller
Des lecteurs en pop-up, c'est mieux pour naviguer



 

 

Souriez vous êtes comptés

Vous êtes seulement

A danser sur cette piste
Alors qu'il y a

Promeneurs sur Over-Blog
Vous vous sentez un peu seul(e)(s) ?
Alors faites quelque chose, 
Invitez vos amis.